Sepher Ha Zohar ספר הדר du Livre de la Splendeur

ZoharFeuillets du Zohar – La littérature derrière mon premier trio pour piano, violon & violoncelle, appelé « Demain(s) », pour l’avenir qu’il prétend considérer, tient du livre de la Genèse I, 1-27, « … et Il fit l’Homme ». L’idée est la sublimation musicale des éléments nominaux du texte hébreu comparé : en les disposant les uns après les autres, respectant la suite catégoriques des énoncés syntagmatiques, le texte seul garantit l’intelligibilité du discours (« l’Homme » étant l’accord parfait majeur final). Le Zohar, en tenant compte de l’herméneutique de la Tradition catholique jusqu’à S.S. Pie XII, offre une vision plus élevée du texte.

Genesis I.1

[15a] — IL FRAPPA le vide avec le Commencement, et le son du Verbe commença la matérialisation de ce vide en y faisant jaillir l’origine de la lumière.

L’origine de l’univers est le Temple, Élohim, devenu l’Eucharistie. C’est la lueur du livre de Daniel XII, 3. C’est la semence de la gloire de Dieu – Ésaïe VI, 13 ; Éz. I, 22.

« Bereschit » contient « Rosh » et « Baït », d’où : « Lorsque Rosh servit de semence au palais de la matière, Élohim se dessina dans l’essence de Dieu ».

Genesis I, 2

[16a] — L’esprit du démon était confondue avec la matière et les deux ne formaient qu’un seul corps. L’Esprit-Saint plana et les démons se séparèrent de la matière pour que l’homme pût voir Élohim – III Rois XIX, 11-12.

Genesis I, 3-4

[16b] — « Élohim dit » signifie « Élohim se manifesta sous la forme du Verbe ». C’est un bruit qui s’entendit au-dehors, mais le Verbe n’était pas encore articulé. Il y a des lettres qui étaient inaccessibles à la matière avant que le Verbe ne se manifestât. Le Verbe a tracé une limite entre la lumière d’En-Haut et celle d’en-bas.

Genesis I, 5

[17a] — L’obscurité est une lumière passive. L’appellation « obscurité » vient du fait que la lumière provient d’un corps obscur.

La lumière est mâle, l’obscurité (lumière passive) est femelle.

C’est de l’union du jour et de la nuit que naît le lendemain.

« … et Il appela… » exprime l’appel qu’Élohim fit au jour.

Genesis I, 6

Le passage se traduit ainsi : « Il sépara la discorde à laquelle donnèrent lieu les anges d’En-Haut d’avec celle qu’ont introduite dans le monde les anges rejetés dans l’abîme » – Nombres XXVI, 9.

Genesis I, 6ss.

[17b] — Élohim : « El » pour Dieu, « haïm » pour mer. « Haïm » a les mêmes lettres que « ïamah » qui signifie que toute querelle symbolisée par la mer vient de Dieu lorsque son but est la gloire du Ciel. Détaché de « El », « ïamah » est le grand océan dont l’abîme cache le Schéol. La querelle a cessé à la séparation des eaux. Les eaux d’En-Haut étaient mâles (Élohim), celles d’en-bas étaient femelles (Adonaï).

 

 

All material © 1996-2017  Francis P Ubertelli.

 

Advertisements